Véritable Acier De France: A French Heavy Metal Primer (1980-1985)

Heavy metal is a worldwide phenomenon. While its godfathers in Black Sabbath and fathers in Judas Priest were playing the style years before the dawn of the New Wave Of British Heavy Metal, this era is pretty much agreed to be the breakout point for the genre, when heavy metal came into its own and began sowing the seeds for its growth and expansion as it sought to explore its identity. As heavy metal caught on in England, the scene’s ripples were felt on a global level. In Denmark, bands such as Mercyful Fate and Witch Cross heeded the call. Stateside: Riot, Manowar, Cirith Ungol, and Manilla Road began carving out the identity of American heavy metal (albeit with the latter two being criminally overlooked at the time.) Just north, Anvil set the stage for Canadian metal, while back over in Europe, Accept and Scorpions laid further groundwork in Germany. Scenes that would later become strong contributors to the global movement began laying roots in the style: Sweden had Heavy Load, 220 Volt, and Universe; Finland offered Sarcofagus, Oz, and Iron Cross. As far east as Japan spawned bands like Loudness and Anthem, further driving home the point that the 1980s were to be the greatest expansion of the genre outside of its roots in the United Kingdom.

France was no exception. Right across the English Channel, a handful of French bands were quick to catch on that rock music was on the cusp of a division between those that continued to play amplified blues riffs and those that sought to sacrifice these roots in the name of louder, faster, and heavier derivatives. While the influence of what was going on in England certainly affected the direction of the French scene, the way it evolved when examined beneath a microscope played out much in the way of the global scene: that being the increase in tempo, the riffing styles, the experimentation with darker themes, and the influence of the likes of Judas Priest and Motörhead.

One thing that set France apart from other scenes in Denmark, Sweden, or Finland is the fact that most of the bands, at least early on, stuck to their native language over the typical English singing. Occasionally bands would release an English and a French version of the same album (Trust, Sortilège) or rewrite demo songs into English versions for their album (Nightmare), but the vast majority of French bands held a loyalty to their language. What resulted was a substantial area of heavy metal that created cult classics and hidden gems on its own terms, and what could be more metal than that?

This primer highlights notable releases from France between 1980 and 1985 that served as stepping stones in the evolution of the country’s heavy metal scene. They are, with the benefit of retrospect, merely jumping off points to greater discoveries, whether they be unsung classics, hidden gems, or just curiosities in the annals of heavy metal history. And while there was no distinct “French style,” there is an underlying thread beneath it all as the scene evolved from the hard rockin’ Trust to the legendary steel of Sortilège to the speed metal gods in ADX.

Trust – Répression (1980)

Much like the world around it, the early days of the French metal scene were yet to cut the umbilical cord between the newborn heavy metal genre and it’s paternal genre of hard rock. Similarly to Judas Priest’s Rocka Rolla, Trust’s sophomore album falls in this grey area. However, the comparisons with the fathers of heavy metal end there, as Trust fit more in with the bar-brawlin’ pub rock of acts like AC/DC. In fact, Thrust were so enamored with AC/DC that they dedicated Répression to Bon Scott’s memory. Something about them, however, pushes them into the boundary between hard rock and heavy metal, at least on tracks like “Antisocial” (famously covered by Anthrax eight years later on State Of Euphoria) or perhaps the more Black Sabbath-esque “Au nom de la race,” which features a horn section that adds an element of diversity to the pure rock sounds from which they drew inspiration. Part of the charm to retroactively enjoying Répression is the fact that Trust aren’t going out of their way to make a heavy metal record, much like Sabbath and Priest it just kind of happened and they ran with it. At its core, it is still hard rock, and Trust never shied away from peppering in different elements to the mix. The addition of hard hammering keys to “Fatalité” make for a beer-slamming party—and the sax solo hasn’t even hit yet. The rhythm of the hand claps on this one is nigh-impossible to avoid. Even the doomier, creeping tempo of “Saumur” owes a bit of gratitude to Black Sabbath, even if it is more of a play on the aforementioned AC/DC’s “The Jack.”

Besides the power of the songs, one of the factors that may have thrust Trust into further international fame was their willingness to issue an English version of the album in the same year (thanks largely in part to Jimmy Pursey of punk act Sham 69), a move that would later be adapted by many of their countrymen who would heed the call to push rock into heavier realms in the years to come.

Warning – Warning II (1983)

Warning built upon the AC/DC influence and groundwork laid by Trust. By their second album, the Judas Priest influence began to creep its way into their sound, as apparent on tracks like the swaggering groove of “Série noire,” but it’s not as noticeable until listening again after full-on heavy metal tracks like “Fire Fire.” Here the dual guitar work of Christophe Aubert and Didier Bernoussi feels a hell of a lot more inspired by Downing/Tipton than Angus Young, and vocalist Raphael Garrido lets loose wails that chase Halford among his more typical Bon Scott-esque delivery.

This tradeoff between styles occurs across the album, and even across songs. For instance, on “Speed-moi,” there’s plenty of Killing Machine to be heard, yet the bass licks, vocal delivery, and guitar buildup of the breakdown are 110% classic AC/DC. If Trust leaned a little more on the rock side and High Power (covered next) were more realized heavy metal, then Warning perfectly strikes a balance between the two.

Dig Deeper: Warning (1981), Métamorphose (1984)

High Power – High Power (1983)

By 1983, France had managed to catch up to England’s New Wave Of British Heavy Metal explosion, and the year would be a significant one in terms of the French heavy metal scene. Metal was fully realized as a genre by this point, and High Power grabbed it by the reins with their self-titled debut, hot on the heels of their demo released earlier the same year. Out of the gates, “Casse toi” hits the ground running with a speed and heaviness that feels firmly removed from the hard rock birth pains of acts like Trust or Warning. On the Judas Priest scale, High Power falls somewhere (and everywhere) around the Sad Wings Of Destiny to Stained Class eras of Priest, incorporating elements that hint towards the speed metal boom that would hit the country in the same year (largely thanks to Sortilège) with songs like “Ode à la vie” or the more doomy, head-nodding, Sad Wings feel of tracks like “Offrande charnelle,” further accompanied by a key section that marks a highlight of the A-side.

In a trend that seems to permeate throughout French heavy metal, the B-side is where the real heavy hitters are, with a three-way streak of bangers that kicks off with the wailing frenzy of “Cauchemar,” packed with enough riffs and roto-tom fills to satisfy any heavy metal aficionado. The following track, “Alcool” hits home a little too hard with its love letter to the mind-altering beverage that drowns out all sorrow and pain with it’s anthemic chorus that eventually gives way to an unusually upbeat solo section. Even the ballad of “Comme un dammé” is well-executed, a feat missed by many a metal band spawned from the soil their English neighbors. Seriously, if an early heavy metal band can successfully pull off a ballad without it being an easily skippable track, especially before the modern comforts of CDs and digital media, it is surely a band to be reckoned with.

Sortilège – Sortilège (1983)

No discussion on French heavy metal would be complete without Sortilège. Their self-titled EP marked a distinctive point in the scene, fully embracing the evolution towards speed metal. Released in the same year as their NWOBHM counterparts in Raven (All For One) and the debut of the more melodic approach of Satan (Court In The Act), the importance of Sortilège cannot be understated. For one, it is a killer fucking EP, and it also marks the point in which France was right on the mark in terms of the evolution of heavy metal from the heavy, mid-tempo pace to the space between traditional heavy metal and thrash: speed metal.

A noted favorite of death metal wunderkind Chuck Schuldiner, Sortilège kicks off with “Amazone,” a blitzing banger that abruptly shifts riffs in a fashion that Schudiner himself would later employ in Death. However, much like Death, the shifts are not without a logical progression—they feel like they were made to come one after another, with each being stronger than the previous. Listen closely to the intro from Scream Bloody Gore’s “Evil Dead” and you might find that it’s been almost lifted entirely from “Amazone.”

“Progeniture” contains riffs that would influence the debut of their fellow countrymen in Nightmare, not to mention the vocal acrobatics the same act would attempt to recreate. The lead work is fantastic, doodling blistering high notes across the soundscape with true heavy metal mastery. The wails on “Gladiateur” do much of the same, though it is through the scope of a more mid-tempo approach that still bleeds the urgency of early speed metal before giving way to the real star of the show, the second to last track, the eponymous “Sortilège.”

Sortilège, if anything, is the archstone of French heavy metal, the essential puzzle piece that brings it all together. Luckily, the band was neither one-and-done, nor faded into obscurity, managing to put out two full lengths to round out their classic run, with each being notable in its own right.

Dig Deeper: Métamorphose (1984), Larmes de héros (1986)

H-Bomb – Coup de métal (1983)

After 1984’s full-length Attaque, H-Bomb would eschew their native French tongue for that of English and almost regress to the more commercially viable hard rock approach of their fellow countrymen in Trust, ultimately leading to the demise of the band after 1986’s To Feel Is Pain EP. However, their debut EP is a study in the early days of the speed metal for which France would become most known and absolutely deserves a place among the likes of Sortilège.

Running kicks start the album off for the band’s eponymous track with a tip of the hat to Motörhead; even the swing of the kicks evokes the feeling of the intro to “Overkill.” Bits of bass flair pop up in the chorus, alluding to the bass licks later employed in full by ADX. The band stays in the upper echelons of mid-tempo through “Dans les griffes d’Attila,” sprinkling pinches of melodic guitar flavor in the riffs and twin lead work that further cements the French hold on the space between power and musicality.

By the time the title track arrives, it is blatantly clear that H-Bomb are holding their own with the budding speed metal movement that was currently sinking its steel fingers into the global metal scene at the time. While remaining outside the influence of the punk movement that had recently swept through Europe and North America, H-Bomb stands as one of the forerunners of pushing heavy metal to the next extreme: faster and louder.

Dig Deeper: Attaque (1984)

Vulcain – Rock’n’roll secours (1984)

While the majority of French speed metal falls more on the melodic side, Vulcain’s Motörhead worshipping, engine revving heavy metal straight from the streets of Paris cannot be denied. Punk attitude abounds from the first riffs of their 1984 debut on Devil’s Records, Rock’n’roll secours, as the gruff bark of rabid dog vocalist/guitarist Daniel Puzio meets the thundering undertones from his brother Vincent’s bass. The drum sound here is fantastic, with the thudding kicks providing a driving force for the rich midtones of the palm-muted guitar licks. The hammer-ons in “Le King” spew the scent of burning rubber as the band races through wild nights, just outside the shackles of the law.

The rhythm section shines through again on the bouncy “Pile ou Face” and the anthemic title track. Vulcain manages to keep things interesting on the B-side with the epic twin soloing on “Vulcain / L’Enfer,” stepping outside the bounds of pure Motörhead-style speed metal and adding a nod to the more melodic stylings of their fellow countrymen. The twin guitars add enough dynamic to give the band their own feel without straying too far from the punky roots of their style. What results is a rockin’ good time, evoking the memories of beer-soaked leather and quick thrills in the seedy underbelly of Paris.

Dig Deeper: Desperados (1985)

Nightmare – Waiting For The Twilight (1984)

If Vulcain represented the core Motörhead style at the heart of speed metal on the far side of the French spectrum, then Nightmare embody the opposing side of the coin. Sacrificing the speed employed by many of the core groups of France’s metal scene, Nightmare leaned fully into the melodic side. Waiting For The Twilight captures the magic of a lofty, otherworldly plane, largely in part to its assuredly unintentionally hazy production. The vocals are a bit jarring at the beginning of “Trust A Crowd,” but quickly find their footing, soaring in serene melancholy across the crystal castles that adorn the album’s landscape. The layering of the backing vocals adds just the right touch of harmony to provide maximum emphasis over the chugging gallops of the riffs.

And boy, does Waiting For The Twilight have some infectious riffs. Between the pulsing palm mutes of “Too Late” and the twin lead spells on “Royal Death,” Nightmare display a knack for guitar-centric songwriting that shines even brighter on the B-side. Upon flipping the record, “Drive Down To Hell” doubles down on the twin leads and push through with forward momentum of the lively drumming that varies across splashy, syncopated cymbal work and pumping kicks.

“Lord Of The Sky” starts out with an uplifting, triumphant expedition through glorious riffing and searing solos before giving way to the very best moment of the album. All the instruments cut out save for the vocals, holding out a singular note in surreal bliss, radiating with energy as the guitar comes back in. As all the instruments fall into place, the band achieves this peak of pure, victorious ecstasy before the final solo sails it off into the sunset.

Utilizing the benefit of retrospect (and if you squint really hard), Waiting For The Twilight plays out like it’s just outside the realms of the European power metal scene that would begin budding in Germany the following year. The album is quite unique in its own right, capturing lightning in a bottle that few bands in the style have attempted to harness successfully.

Dig Deeper: Cosmovision (2001), The Burden Of God (2012)

Blaspheme – Désir de vampyr (1985)

Blaspheme may be, in retrospect, France’s earliest hint of a contribution to black metal. Their sophomore album, more so than their debut, seems to take a few cues from Mercyful Fate’s debut EP, both in atmosphere and song construction. And while vocalist Marc Fery doesn’t quite hit King Diamond’s captivating knack for nonstop theatricality, he holds his own as a suitable fit for the music, alternating delivery techniques and showcasing impressive range, or even peppering in operatic vocals on tracks like “Orgie Romaine” or the echoing laughter on “Au nom des morts.” The guitars reverberate beneath a grainy production, adding an air of sinister, haunting darkness to the affair, while the bass sits in the driver’s seat, anchoring the songs and holding the melody, especially on “Taxer le peuple” as the guitars riff about like maniacal spirits.

The tempo varies throughout records and songs, from the speedy panic of “Contrôle” to the doomy groove of “Vivre Libre.” The Mercyful Fate influence shines through most on “Erreur de moeurs,” from the riffing style and changeups to Fery’s ability to shift across his vocal spectrum with ease. While the production may be off-putting at first, it really adds to the spirit of the band, revealing yet another notable gem of the scene from a band that refused to fall victim to trends that would compromise their music.

Dig Deeper: Blasphème (1984)

ADX – Exécution (1985)

Much like Sortilège, ADX managed to outshine not only their fellow countrymen, but held their own with their global speed metal contemporaries, if not outright surpass them. To this day, they remain as one of the most elite to ever play melodic heavy metal with such a quickness without ever falling fully into the thrash or extreme categories. There is a melodicism to their song construction that is undeniable, and not only are their songs fantastic from a songwriting perspective, but they play them with such urgency that you’d think their very lives depended on how fast their fingers could fly across the fretboards.

“Déesse du crime.” Right off the bat, ADX comes out of the gates like a rabid banshee with an adrenaline injection straight to the heart. Everything is firing on all cylinders: the riffs, the leads, the solos, the double kicks that rev below as the bass runs, not walks, as far out as it can before hauling ass back in before the next downtempo. It’s difficult to find highlights on the album because the whole damn thing is a highlight. The bass noodling on “Prisonnier de la nuit” is legendary, the changeups in the title track never miss a beat, the solos on “Prière de Satan” are emotive, the infectious chorus of “Caligula,” etc. The band is just going balls-out while working together seamlessly as a single unit. Exécution stands as a testament to not only the French heavy metal scene, but as one of the greatest speed metal albums ever created. And with an impressive back catalogue, ADX should be talked about among the ranks of their thrash contemporaries in Megadeth and the likes of power metal legends Helloween.

Dig Deeper: La Terreur (1986), Suprématie (1987), Weird Visions (1990)

———

And now, the French version. Eternal thanks and gratitude to Leslie for her tireless efforts translating this piece.


Heavy metal est un phénomène mondial. Alors. que ses parrains comme Black Sabbath et ses pères comme Judas Priest jouaient le style avant la naissance de la New Wave du British Heavy Metal, cette époque est plutôt considérée comme le point de rupture du genre, quand le heavy metal a pris son envol et a commencé à semer les graines de sa croissance et de son expansion alors qu’elle cherchait à explorer son identité. Entre-temps le heavy metal se répandait en Angleterre, les répercussions de la scène se faisaient sentir au niveau mondial. Au Danemark, des groupes comme Mercyful Fate et Witch Cross ont répondu à l’appel. Aux États-Unis, Riot, Manowar, Cirith Ungol et Manilla Road, bien que ces deux derniers aient été négligés au point de vue pénal à l’époque, ont commencé à définir l’identité du heavy metal américain. Au nord, Anvil a préparé le terrain pour le métal canadien, alors que retournant vers Europe, Accept et Scorpions ont jeté les bases supplémentaires en Allemagne pour une prise de contrôle mondiale. Des scènes qui allaient devenir de puissants contributeurs du mouvement mondial ont commencé à s’enraciner dans le style: la Suède avait Heavy Load, 220 volts et Universe; tandis que la Finlande a offert des actes comme Sarcofagus, Oz et Iron Cross. Aussi loin à l’est que le Japon a engendré des groupes comme Loudness et Anthem, il est clair que les années 1980 devaient être la plus grande expansion du genre hors de se maison au Royaume-Uni.

La France ne faisait pas exception. De l’autre côté de la Manche, une poignée de groupes français ont vite compris que la musique rock était sur le point de se diviser entre ceux qui continuaient à jouer du riff blues amplifié et ceux qui cherchaient à les sacrifier au nom du plus fort et plus rapide et dérivés plus lourds. Bien que l’influence de ce qui se passait en Angleterre ait certainement influé sur l’orientation de la scène française, la façon dont elle a évolué sous un microscope a joué un rôle important dans la scène mondiale: dans les lignes de l’augmentation du tempo, la l’expérimentation avec des thèmes plus sombres et l’influence des goûts comme Judas Priest et Motörhead.

La chose qui distingue la France des autres scènes danoises, suédoises ou finlandaises est le fait que la plupart des groupes, du moins au début, collaient à leur langue maternelle au lieu de la langue anglaise couramment utilisée pour chanter. De temps en temps, des groupes sortaient une version anglaise et une version française du même album (Trust, Sortilège) ou réécrire des morceaux de démonstration en versions anglaises pour leur album (Nightmare), mais la grande majorité des groupes francophones étaient fidèles à leur langue. Ce qui a résulté était un notable domaine du heavy metal qui a créé des classiques cultes et des joyaux cachés selon ses propres termes, et que
pourrait être plus de métal que ça?

Cet article met en relief les remarquables sorties de France entre 1980 et 1985, qui ont servi de tremplin à l’évolution de la scène heavy metal du pays. Ils ne faisaient que sauter aux sommets vers de nouvelles découvertes, qu’il s’agisse de classiques méconnus, de joyaux cachés ou simplement de curiosités dans les annales de l’histoire du heavy metal. Et même s’il n’existait pas de “style français” distinct, il y avait un fil conducteur sous-jacent lorsque la scène évoluait du hard rockin’ Trust au légendaire acier de Sortilège aux dieux du speed metal dans ADX.

Trust – Répression (1980)

Comme du monde qui l’entoure, les débuts de la scène métal française étaient encore coupés le cordon ombilical entre le nouveau-né heavy metal et le genre paternel du hard rock. De la même manière que Rocka Rolla de Judas Priest, le deuxième album de Trust se situe dans une zone grise. Cependant, les comparaisons avec les pères du heavy metal s’arrêtent là, car Trust s’intègre plus dans le bar rock “pub rock” de groupes comme AC/DC. En fait, Trust était tellement amoureux d’AC/DC qu’ils dédièrent Répression à la mémoire de Bon Scott. Quelque chose à leur sujet, cependant, les pousse dans la frontière entre le hard rock et le heavy metal, au moins sur des chansons comme “Antisocial” (couverture bien connue faite par Anthrax huit ans plus tard sur State of Euphoria) ou peut-être plus Black Sabbath-esque “Au nom de la race”, qui comporte une section avec des trompes qui ajoute une touche de diversité aux sons de rock pur dont ils s’inspirent. Une partie du charme pour profiter rétroactivement de “Répression” réside dans le fait que Trust ne pas sortir de leur façon de faire un disque de heavy metal, un peu comme Sabbath et Priest, c’est juste arrivé et ils l’ont suivi cette route. À la base, il est toujours du hard rock et Trust n’a jamais hésité à se mêler de différents éléments. L’ajout de sons de martèlement dur à “Fatalité” en fait une fête inoubliable – et le solo de saxo n’a pas encore arrivé. Le rythme indiqué par applaudir sur celui-ci est presque impossible à éviter. Même le tempo rampant de “Saumur” doit un peu de gratitude à Black Sabbath, même s’il s’agit plutôt d’un jeu sur “The Jack” d’AC/DC.

Outre la puissance des chansons, l’un des facteurs pouvant avoir propulsé Trust dans une nouvelle renommée internationale a été leur volonté de publier une version anglaise de l’album la même année (grâce en grande partie à Jimmy Pursey du groupe punk Sham 69), un geste qui sera ensuite adapté par beaucoup de leurs compatriotes qui répondraient à l’appel pour pousser le rock dans des royaumes plus lourds dans les années à venir.

Warning – Warning II (1983)

Warning construit sur l’influence d’AC/DC et le travail préparatoire de Trust. Dans leur deuxième album, l’influence de Judas Priest a commencé à s’infiltrer dans leur son, comme en témoignent dans des groovy titres comme celui de “Série noire”, mais ce n’est pas aussi évident avant d’écouter à nouveau après des morceaux de féroce heavy metal comme “Fire Fire”. Les aptitudes de guitare double de Christophe Aubert et de Didier Bernoussi est beaucoup plus inspiré par Downing/Tipton qu’Angus Young, et le chanteur Raphael Garrido laisse échapper des hurlements qui poursuivent Halford parmi ses propos plus typiques de Bon Scott.

Cette changement de styles se produit à travers l’album, et même à travers les chansons. Par exemple, sur “Speed-moi” il y a beaucoup de Killing Machine à écouter, pourtant, les riffs de basse, la présentation vocale et l’accumulation de guitare sont de 110% classiques AC/DC. Si Trust s’appuyait un peu plus sur le côté rock et que High Power (le groupe suivant dans l’article) était plus réalisé en heavy metal, alors Warning mettait parfaitement en équilibre les deux.

Aussi de découvrir: Warning (1981), Métamorphose (1984)

High Power – High Power (1983)

En 1983, la France avait réussi à rattraper l’explosion de l’Angleterre “New Wave Of British Heavy Metal”, et l’année serait significative pour la scène française du heavy metal. À ce stade, le métal est devenu pleinement un genre, et High Power l’a conquis par son premier titre éponyme, qui suit rapidement la démo qui a été lancée au début de la même année. Dès le début “Casse toi” est lancé avec une vitesse et une lourdeur qui se dissocient des douleurs de la naissance de hard rock comme des actes tels que Trust ou Warning. Sur l’échelle de Judas Priest, High Power tombe quelque part (et partout) autour des époques de Sad Wings of Destiny et Stained Class de Judas Priest, en incorporant des éléments qui suggèrent le boom du speed metal qui se répandrait dans tout le pays la même année (principalement grâce à Sortilège) avec des chansons comme “Ode à la vie” ou la chanson plus doom avec un signe de tête a Sad Wings “Offrande charnelle”, accompagnée d’une section importante qui marque un temps fort de la face A.

Dans une tendance qui semble se répandre dans le heavy metal français, la face B est celle des vrais gros frappeurs, avec une série de bangers à trois voies qui débute avec la frénésie hurlante de “Cauchemar”, bourré d’assez de riffs et de roto -tom drums se remplit pour satisfaire tout amateur de heavy metal. Le titre suivant, “Alcool” est une chancon qui toucher de près parce que ça raconte l’histoire, presque comme une lettre d’amour, d’une boisson qui altère l’esprit qui se noie toute douleur avec le chœur de ce chant anthémique qui laisse finalement place à une section solo exceptionnellement optimiste. Même la ballade de “Comme un dammé” est bien exécutée, un exploit raté par de nombreux groupes de metal né de la saleté de leurs voisins anglais. Sérieusement, si un jeune groupe de heavy metal réussit à produire une ballade sans que cela devienne une chanson facile à écarter, en particulier devant le confort moderne des CD et des médias numériques, il s’agit sûrement d’un groupe avec lequel il faut compter.

Sortilège – Sortilège (1983)

Aucune discussion sur le heavy metal français ne serait complète sans Sortilège. Leur EP éponyme a marqué un point distinctif de la scène, embrassant pleinement l’évolution vers le speed metal. Sortis dans la même année que leurs contreparties du NWOBHM dans Raven (All For One) et les débuts de l’approche plus mélodique de Satan (Court In The Act), l’importance de Sortilège ne peut être sous-estimée. D’abord, c’est un putain de super EP, et cela marque également le fait que la France avait raison sur l’évolution du heavy metal, du heavy à mi-tempo à l’espace entre le heavy metal traditionnel et le thrash: “speed metal”.

Sortilège, favori du groupe de death metal Chuck Schuldiner, lance avec “Amazone”, une force de blitz qui déplace brusquement les riffs d’une manière que Schudiner lui-même utiliserait plus tard chez Death. Cependant, tout comme Death, les changements ne se font pas sans progression logique: ils ont l’impression qu’on les a fait venir les uns après les autres, chacun étant plus fort que le précédent. Ecoutez attentivement l’introduction de “Evil Dead” de Scream Bloody Gore et vous constaterez peut-être qu’elle a presque été entièrement retirée de “Amazone”.

“Progeniture” contient des riffs qui influenceraient les débuts de leurs compatriotes dans Nightmare, sans parler des acrobaties vocales que le même acte tenterait de recréer. La voix principale est fantastique: il griffonne des notes aiguës dans le paysage sonore avec une véritable maîtrise du heavy metal. Les cris de Gladiateur ont le même effet, bien que ce soit par la portée d’une approche plus mid-tempo qui continue de faire taire l’urgence du speed metal avant de céder la place à la vraie star du spectacle, l’avant-dernier morceau , l’éponyme “Sortilège”.

Sortilège, au contraire, est la pierre angulaire du heavy metal français, la pièce essentielle du puzzle qui réunit tout cela. Heureusement, le groupe n’était pas de gloire éphémère, ni disparaissait dans l’obscurité, parvenant à faire deux longueurs complètes pour compléter sa série classique, chacune étant remarquable en soi.

Aussi de découvrir: Métamorphose (1984), Larmes de héros (1986)

H-Bomb – Coup de métal (1983)

Après le record 1984 Attaque, H-Bomb abandonnerait sa langue maternelle française et l’a échangé pour l’anglais qui reviendrait presque à adopter l’approche hard rock commercialement plus viable de ses compatriotes du Trust, cela conduirait finalement au point de rupture du groupe après l’EP 1986 de To Feel Is Pain. Cependant, leur premier EP est une étude des débuts du speed metal pour lequel la France serait la plus connue et mérite absolument une place parmi les goûts de Sortilège.

Des tambours avec running kicks démarre l’album pour la chanson éponyme du groupe avec un hommage respectueux à Motörhead; même le swing des tambours évoque le sentiment de l’intro à Overkill. Un peu de flair de basse apparaît dans le choeur, faisant allusion au riff de basse employé plus tard intégralement par ADX. Le groupe reste dans les échelons supérieurs du mid-tempo avec “Dans les griffes d’Attila”, saupoudrant de pinceaux de saveur mélodique dans les riffs et d’une double œuvre qui cimente encore l’espace français entre puissance et musicalité.

À l’arrivée de la chanson titre, il est évident que H-Bomb tient bon avec le mouvement du speed metal qui enfonçait actuellement ses doigts de fer dans la scène metal mondiale. Tout en restant à l’écart du mouvement punk qui s’est récemment mis à ramper en Europe et en Amérique du Nord, H-Bomb est l’un des précurseurs de l’expansion du heavy metal: plus rapide et plus fort.

Aussi de découvrir: Attaque (1984)

Vulcain – Rock’n’roll secours (1984)

Tandis que la majorité du speed métal français tombe plus du côté mélodique, on ne peut nier que l’adoration de Vulcain pour Motörhead apporté le cœur battant de heavy metal directement de des rues de Paris. L’attitude punk abonde dès les premiers riffs de leurs débuts en 1984 sur Devil’s Records, Rock’n’roll secours, alors que l’ écorce grondante du chanteur / guitariste Daniel Puzio rencontre les nuances tonitruantes de la basse de son frère Vincent. Le son de batterie est fantastique, les battements de pied fournissant une force motrice aux riches tons moyens des palm muted guitare riffs. Les sons martelage de la guitare en “Le King” crachent l’odeur de caoutchouc brûlant alors que le groupe traverse des nuits sauvages, juste en dehors des limites de la loi.

La section rythmique resplendit encore sur la piste rebondissante “Pile or Face” et la chanson titre anthémique. Vulcain réussit à garder les choses intéressantes sur la face B avec l’épique jumeau solo de “Vulcan / L’Enfer”, qui dépasse les limites du pur speed metal style de Motörhead et ajoute un clin d’œil au style mélodique de ses compatriotes. Les doubles guitares ajoutent assez pour donner au groupe leur propre style de vie. Ce qui est un bon moment rock, évoquant les souvenirs de cuir imbibé de bière et de sensations fortes dans les bas-fonds minables de Paris.

Aussi de découvrir: Desperados (1985)

Nightmare – Waiting For The Twilight (1984)

Si Vulcain représentait le style de base de Motörhead au cœur du speed metal, au-delà du spectre français, alors Nightmare incarne le côté opposé de la pièce. Sachant la rapidité employée par de nombreux groupes importante de la scène métal française, Nightmare s’appuya pleinement sur le côté mélodique. Waiting For The Twilight capture la magie d’un avion grandiose d’un autre monde, principalement dans sa production apparemment non intentionnellement floue. La voix est un peu choquante au début de “Trust A Crowd”, mais elle trouve rapidement son terrain solide, planant dans une mélancolie sereine à travers les châteaux de cristal qui ornent le paysage de l’album. La superposition des choeurs ajoute une touche d’harmonie afin de mettre l’accent sur les galops sifflants des riffs.

Et vraiment, Waiting For The Twilight a des riffs infectieux. Entre les sourdines palpitantes de “Too Late” et les doubles sorts de “Royal Death”, Nightmare affiche un talent pour l’écriture de chansons centrée sur la guitare qui brille encore plus fort sur la face B. Après avoir feuilleté le disque, “Drive Down To Hell” redouble les doublons et poursuit avec élan grâce à la dynamique du tambour qui varie selon le travail éclatant et syncopé des cymbales et le son vibrant du tambour.

“Lord Of The Sky” commence par une expédition édifiante et triomphale à travers de superbes solos de riffing et de brûlures avant de céder le pas au meilleur moment de l’album. Tous les instruments sont coupés à part le chant, avec une note singulière de bonheur surréaliste, rayonnant d’énergie au retour de la guitare. Lorsque tous les instruments se mettent en place, le groupe atteint ce sommet de pure extase victorieuse avant la finale. le solo le quitte au coucher du soleil.

Waiting For The Twilight tire parti de l’avantage de la rétrospective (et si vous louchez vraiment fort), comme si c’était un peu à l’extérieur du royaume du power metal européen qui débuterait l’an prochain en Allemagne. L’album est unique en son genre, capturant l’éclair dans une bouteille que peu de groupes du style ont tenté d’exploiter avec succès.

Aussi de découvrir: Cosmovision (2001), The Burden Of God (2012)

Blaspheme – Désir de vampyr (1985)

Blaspheme pourrait être, rétrospectivement, le tout premier soupçon de contribution de la France au black metal. Leur deuxième album, plus que leur premier album, semble s’inspirer du premier EP de Mercyful Fate, aussi bien dans l’atmosphère et dans la construction de la chanson. Et tandis que le chanteur Marc Fery n’exploite pas le talent envoûtant de King Diamond pour la théâtralité sans arrêt, il tient le sien comme étant un bon choix pour la musique, alternant techniques de diffusion et présentant une gamme impressionnante, ou même jouant du chant lyrique sur des titres comme “Orgie Romaine” ou les éclats de rire sur “Au nom des morts”. Les guitares résonnent sous une production granuleuse, ajoutant un air sinistre et une obscurité obsédante à l’affaire, tandis que la basse est assise à la place du conducteur, ancrant les chansons et tenant la mélodie, en particulier sur “Taxer le peuple”, comme les riffs des guitares sonnent comme des esprits maniaques.

Selon les disques et les chansons le tempo varie, de la panique rapide de “Contrôle” au groove de “Vivre Libre”. L’influence de Mercyful Fate transparaît surtout dans “Erreur de moeurs”, du style de riffing à la capacité de Fery passer à travers son spectre vocal avec facilité. Bien que la production puisse être déconcertante au début, elle ajoute vraiment à l’esprit du groupe, révélant un autre joyau notable de la scène d’un groupe qui a refusé d’être victime de tendances qui compromettraient leur musique.

Aussi de découvrir: Blasphème (1984)

ADX – Exécution (1985)

Beaucoup comme Sortilège, ADX a réussi à surpasser non seulement ses compatriotes, mais aussi à se démarquer auprès de ses contemporains du speed metal mondial, voire à les surpasser. À ce jour, ils restent l’une des plus prestigieuses élites à avoir joué du heavy metal mélodique avec une telle rapidité sans jamais tomber complètement dans les catégories du thrash ou de l’extrême. Il y a quelque chose de indéniablement mélodique dans la construction de leurs chansons. Non seulement leurs chansons sont fantastiques du point de vue de la composition, mais elles sont jouées avec une telle urgence que vous penseriez que leur vie dépendait de la rapidité avec laquelle leurs doigts pourraient voler à travers la manche de guitare.

“Déesse du crime.” Dès le début, ADX sort des portes comme un banshee enragé avec une injection d’adrénaline directement dans le cœur. Les riffs, les leads, les solos, les doubles kicks qui reviennent quand la basse est jouée, ne courent pas, autant que possible auparavant parce que tout tourne à plein régime. Il est difficile de trouver les points forts de l’album car l’ensemble est un point fort. Le bass noodling de “Prisonnier de la nuit” est légendaire, les changements de titre ne manquent pas de battement, les solos de “Prière de Satan” sont émotionnels, le chœur contagieux de “Caligula”, etc. tout en travaillant ensemble unité unique. Exécution témoigne non seulement de la scène française du heavy metal, mais également d’un des plus grands albums de speed metal jamais créés. Et avec un catalogue d’histoire impressionnant, ADX devrait figurer dans les rangs de ses contemporains thrash Megadeth et dans les légendes de la puissance du métal, Helloween.

Aussi de découvrir: La Terreur (1986), Suprématie (1987), Weird Visions (1990)

———

Posted by Ryan Tysinger

I listen to music, then I write about it. On Twitter @d00mfr0gg (Outro: The Winds Of Mayhem)

  1. Indignant_N00b July 3, 2019 at 9:44 am

    This is awesome! I’ve never heard of any of these bands! This kind of quality content is the reason you guys are Thee Bestest Metal Scholars on the internet. I tip my hat to ye

    Reply

    1. Thank you!

      Reply

  2. The reviews here are why I visit, but the features like this are why I stay. I’m always a little stunned by the quality, variety, and ferocity of French metal; probably due to some ignorant, preconceived notions, of course. I’m looking forward to really digging into the music here.

    Reply

    1. Thank you for your kind words! The French scene is filled with gems well beyond this primer. Happy exploring!

      Reply

  3. and the last but not the least, Killers (www.killers.fr)

    Reply

    1. There were a few others I wanted to touch on, including Killers, Morsüre, and Demon Eyes. Perhaps a Part II is in the future!

      Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.